Vieillissement

 L’article « vieillissement » de José Polard,  

Dictionnaire International de la Psychanalyse, sous la direction d’Alain de Mijolla, 

Nouvelle édition, p XXVI Additif,  Fayard/Pluriel, 2013

Vieillissement:

D’un point de vue psychanalytique, le vieillissement est un processus psychique évolutif ou par crises qui consiste pour un sujet âgé à intégrer ce à quoi le confronte le fait de vieillir, quant à son désir, au temps et à la mort. Ce travail psychique, conscient et inconscient, débute lors de la « crise du milieu de la vie », lorsqu’apparaissent les premières défaillances et limites corporelles. Le fantasme d’immortalité rencontre alors une limite ignorée par la libido.

Il s’agit d’une rude mise à l’épreuve spéculaire du narcissisme et la qualité de ce dernier est un des facteurs du « bien vieillir ». Le vieillissement remet en jeu l’identité (avec un travail du Moi intense), active de nombreux processus de deuil (d’objets certes mais aussi de soi-même) et oblige à faire avec la castration (l’humour et les sublimations sont essentiels). On observe un déclin du génital avec des fréquents recours aux pulsions partielles qui nécessite d’être attentif aux risques de désintrication pulsionnelle accompagnée de processus de somatisation.

S. Freud considérait qu’il y avait dans la vieillesse (subjective), une barrière qui excluait les sujets âgés du champ thérapeutique analytique, en raison d’un défaut de plasticité des processus psychiques (viscosité libidinale). Sans méconnaître les difficultés à investir de nouveaux objets, ses successeurs s’orientent différemment, soulignant au contraire, les capacités surprenantes de plasticité psychique y compris chez certains vieillards, dès lors que le sujet âgé se déprend des effets du discours négativiste sociétal.

Sont au cœur des travaux actuels, la maladie d’Alzheimer ainsi que les situations de vieillesse dépendante, où les écrits de Winnicott sont précieux pour saisir l’importance de la relation à l’environnement. Enfin, un questionnement sur les aménagements des indications du travail analytique avec le sujet âgé (« l’âge de la névrose est plus important que l’âge du sujet », K. Abraham), se double d’une réflexion technique sur le contre transfert éprouvant, et d’une interrogation éthique pour chaque psychanalyste vieillissant.

José Polard

article complémentaire : Crise de la maturité.

Bibliographie:

Charazac Pierre (2007). Comprendre la crise de la vieillesse, Paris Dunod.

Le Gouès Gérard (2000). L’âge et le principe de plaisir, Paris, Dunod.

Platier Dominique, Polard José (2009). Vieillir… des psychanalystes parlent, Toulouse, Erès.

Villa François (2010). La Puissance du vieillir,  Paris, PUF.