Actualités

-le 23/ mai 2016, Intervention lors d’une émission de radio France » Un jour, en France »: 
Dans les baskets des adulescents

-le 21/5/2016: une contribution dans un long papier de Marianne: Ils ont 50 ans et vivent comme des trentenaires : enquête sur les « quinquados »

-le 3/11/2015 publié sur le blog: l’âge, la vie.bloglemonde.fr:

 Le Silver Monopoly(2° partie) vers un darwinisme gérontologique

le 2/11/2015 publié sur le blog: l’âge, la vie.bloglemonde.fr:

Le Silver Monopoly,(1° partie) jeu et réalité

 

-J‘ai publié le 17/10/2015dans le Huffington Post  cet articleLes quinquas doivent-ils choisir entre adolescence et vieillesse?

-Publication de la revue VST avec un dossier thématiqueVST- La fabrique de la maltraitance

La maltraitance institutionnelle ne se réfère pas uniquement aux horreurs régulièrement dénoncées dans les médias. Elle peut se nicher dans les mille petits riens du quotidien qui, si on n’y prend garde, peuvent générer autant de souffrances accumulées. Si nous avons des outils pour lutter contre le pire, comment lutter contre le quotidien banal qui devient automatique ? Éviter de fabriquer la maltraitance, c’est pouvoir interroger les pratiques, se référer à des projets, savoir se situer vis-à-vis des usagers… C’est être formé, encadré, contrôlé quelle que soit sa place dans l’organigramme. C’est aussi, pour les institutions et les tutelles, créer les conditions du bien-être pour les personnels : statuts, conditions de travail, évolutions professionnelles, mobilités… Lutter contre la maltraitance passe par le respect des usagers et de soi-même, plutôt que par le respect d’un protocole.

—-

Un billet d’Alain Jean au Huff Post: SANTÉ – Le discours dominant sur la maladie d’Alzheimer soutient qu’on a bien à faire à une maladie.

—–

le 23/9/15, sur le blog: l’âge, la vie: vieillir est dans l’air du temps, un nouvel article d’Alain Jean: « Bientraitance ».

Voilà quelques phrases extraites du manuel de la Haute Autorité de Santé concernant la « Bientraitance », génial concept dont, dans les milieux qui utilisent ces termes à longueur de journée, on se fait les gorges chaudes...

—–

le 21/9/15, sur le blog: l’âge, la vie: vieillir est dans l’air du temps, un nouvel article de José Polard: « Un simple jeu de cartes »:

Elle chute de plus en plus souvent, même avec son déambulateur. Ça l’inquiète à peine, mais pas son entourage : sa fille qui n’est pas à côté, les professionnels du maintien à domicile qui ont toujours un temps de retard. Quant à son mari, de plus en plus anxieux, il se sent dépassé, épuisé. Le langage gérontologique a proposé ce terme de « fardeau de l’aidant ».

—–

le 14/9/15, sur le blog: l’âge, la vie: vieillir est dans l’air du temps, un nouvel article de Michel Billé: « Vivre sans vieillir ou vieillir sans vivre »:

De façon quasi quotidienne, nous voyons articles et publications nous proposer, pour demain, une vie qui, appuyée sur des découvertes scientifiques, sur des pratiques médicales et des révolutions technologiques nous permettrait de repousser la mort encore et encore…

—-

Naissance du blog L’âge, la vie- vieillir est dans l’air du temps » et premier billet de Christian Gallopin.

Alois, oublie moi!

Il ne se passe pas une semaine sans que surgisse sur ma messagerie une offre alléchante m’enjoignant d’investir dans un projet immobilier d’EHPAD[1] pour un rapport annuel « à deux chiffres » me promet-on parfois ! Tout au moins de 6% m’assure-t-on. Au-delà de l’effet d’attraction – surévalué à dessein − voulu par les marchands d’argent, que peuvent bien signifier ces offres mirobolantes ? Car, nous le savons tous, les maisons de retraite sont trop chères ; leur coût mensuel est, en moyenne, bien supérieur au revenu moyen des retraités… Ce qui constitue en soi une quadrature du cercle qui ne semble pas affoler les décideurs. Alors, comment expliquer cette rente « magique » pour les investisseurs alors que les vieux peinent à payer leurs hébergements ? Quelle poche est alimentée par la poche percée des personnes âgées dépendantes qui n’en finissent pas d’y mettre leur misérable retraite, la vente de la voiture – devenue trop dangereuse –, la vente de la maison que l’on ne peut de toute façon plus habiter – devenue trop dangereuse elle aussi –, les derniers reliquats du dernier compte en banque ?

Chez nos voisins allemands – mais ailleurs également –, on évoque ces familles qui « exportent » leurs vieux – comme on délocalise une entreprise trop peu rentable – vers la Tchéquie, la Slovaquie ou même la Thaïlande, là où les structures d’hébergement sont moins chères… De ce fils à qui on demandait s’il n’était pas chagriné d’envoyer son père dans une maison tchèque où personne ne parlait sa langue, la réponse tomba, toute naturelle : « mais ça n’a pas d’importance puisqu’il est Alzheimer ! » Tout cela manque cruellement de cette humanité dont nous nous gargarisons à chaque coin de rue fréquentée par Charlie.

A côté de « l’export », il y a peut-être encore une autre manière de chercher à diminuer les coûts et multiplier les dividendes : la robotisation. Sous couvert d’être In, d’être à la pointe, et dans la même veine que ces maisons « intelligentes » (sic !) qui nous filmeront et nous écouteront jusque dans les toilettes – un véritable Water-gate ! –, mais pour notre bien, pour prévenir en cas de chute, il y a maintenant Aloïs. Aloïs[2] est un robot digne deLa guerre des étoiles, « au service » du personnel et des résidents nous dit-on. Non pas qu’il faille penser que les personnes âgées soient incapables de s’acclimater aux nouvelles technologies, nombre de seniors, seuls ou en associations, n’ont pas attendu pour s’organiser et appréhender les possibilités des ordinateurs, tablettes, iPad et autres véhicule internet. Non, il ne s’agit pas ici de refuser le monde de demain déjà là aujourd’hui, celui des flux d’informations, celui aussi de la robotique et autre domotique. Il s’agit plutôt de s’interroger sur la fonction profonde, avouée ou non, de notre robot Aloïs. Si Aloïs est là comme un outil de plus, quoiqu’un peu différent, permettant aux quelques personnes en capacité de taper sur son écran tactile de connaître la météo du lendemain ou de suivre l’information du  jour, pourquoi pas ! Mais méfions-nous qu’Aloïs ne soit pas là pour remplacer tout à la fois l’aide-soignant(e) et l’infirmier(e) trop onéreux… Méfions-nous qu’Aloïs ne soit pas là pour faire de l’humain à la place de… Car « Aloïs apparaît comme un réel compagnon pour les résidents, tant pour rompre la solitude ou l’ennui que pour assurer une surveillance »[3] nous dit une soignante… Aloïs, pour mimer ces personnes qui coûtent trop cher, et qui font que le résident peine à payer et que l’investisseur peine à gagner.

Désormais, je peux bientôt espérer recevoir sur ma messagerie une offre d’investissement en EHPAD encore bien plus avantageuse que celles qui m’inondent déjà depuis quelques années.

S’il en était ainsi, adorateurs d’Aloïs Alzheimer, oubliez-moi ! Et de grâce, coupez cette caméra, coupez ces micros et, « laissez-moi tomber ! » Que vienne plutôt à mon chevet un homme ou bien une femme, pour que nous soyons, ensemble, en humanité. Et, qu’on m’aide – si je ne peux le faire seul − à me connecter sur skype afin que je puisse parler et voir mon fils ou ma petite-fille, qui habite à Sydney, à Manille ou ailleurs… Les outils ne sont ni bons, ni mauvais, mais entre les mains des hommes.

Alors, ouvrons l’œil !

 

Christian Gallopin, juillet 2015

[1] Etablissement d’Hébergement pour Personne Agée Dépendante

[2] Projet mené en partenariat avec le Living Lab  ActivAgeing (LL2A) de L’Université de Technologie de Troyes (Aube)

[3] Cosmopital, L’info du Centre hospitalier de Troyes, N°12, 3eme trimestre 2015, p. 7.

—–

Organisés par la Société de Gériatrie et de Gérontologie en Ile de France, le 18/ juin 2015: ECHANGES GERONTOLOGIQUES EN ILE-DE-FRANCE

http://www.fregif.org/docs/agenda/programme-sggif-18-juin2015-1401.pdf

——

Conférence d’ouverture et exposition: LIBERTÉ DES MOTS – VIOLENCES DES MAUX 12 juin 2015

http://www.u-paris10.fr/recherche/exposition-liberte-des-mots-violences-des-maux-, 8729.kjsp

——-

Le 22 mai 2015, à Espace analytique, 21h, intervention d’Alain Jean, à l’occasion de la sortie de son livre, chez Albin Michel »La vieillesse n’est pas une maladie« .http://www.rfi.fr/emission/20150215-vieillesse-est-pas-une-maladie-alain-jean/—–Le 3 avril 2015, conférence à Espace analytique, 21h au 12 rue de Bourgogne, 75007 de Christian Gallopin, médecin en SP, philosophe et poète. Pour le Cercle de la psychanalyse du sujet âgé et des questions de fin de vie, José Polard.Argumentaire: Dr Christian Gallopin « Prendre soin de l’homme tuable » Le vingtième siècle fut, pour l’humanité, un siècle violent dont le point d’orgue demeure, sans nul doute, la déportation de millions d’enfants, de femmes et d’hommes dont le seul défaut était d’être juifs, était d’être communistes, était d’être tziganes, penseurs, artistes ou poètes, bref dont le seul défaut était d’être…La compréhension de telles dynamiques meurtrières, jusqu’à ces premiers jours de janvier 2015 à Paris, ne se satisfait pas des considérations en termes de valeurs habituellement brandies par nos sociétés récitant l’éthique comme un Notre Père à la terrasse d’une économie mondialisée et uniquement soumise au libéralisme forcené. Et si « l’interdit de tuer », « le respect de la vie de l’autre », n’étaient après tout qu’autant de postures construites pour en contenir d’autres, plus fondamentales, plus naturelles, faisant le véritable lit des constructions politiques originelles des sociétés humaines anciennes ou contemporaines ?L’homme, en tant qu’il est tuable, ainsi que tente de le penser depuis presque vingt ans la philosophie de Giorgio Agamben, le meurtre, en tant que « musique sociale » et ritournelle obsédante comme le dévoile la sociologue Barbara Michel, n’ont-ils pas à nous apprendre sur notre manière de vivre ensemble ? Encore faut-il alors accepter que ce meurtre − de l’autre ou de soi − ne soit pas seulement le meurtre originel, le premier, celui des ancêtres, celui de Caïn, celui que perpétue l’autre, mais bien le meurtre quotidien, encore et toujours à l’œuvre, le mien également, celui auquel Je participe aussi…—-22 mars 2015, Ce qui contrarie l’inventivité chez un être humain? Un faux self , une inhibition… et quelques autres organisations de personalité mais surtout… un conformisme social autant que psychique. Conformisme qui est une caractéristique essentielle de nos sociétés modernes. José Polard

—–
Conférence-débat : « Le couple et l’âge »

 

Vendredi 6 mars 2015 de 19h30 à 22h30 – Paris
De nombreuses transformations surviennent dans la vie du couple vieillissant. L’expérience de la durée infléchit la nature et le devenir du lien amoureux et conjugal, au point de modifier la définition du couple et de l’amour, souvent idéalisés au moment de la rencontre des évènements majeurs le touchent, l’entrée dans la dépendance, laséparation, le veuvage, la recomposition : Avec quels impacts ? 
Pierre Charazac (Psychiatre) et Marguerite Charazac (Psychologue) sont les tous deux psychanalystes et auteurs de nombreux livres sur le vieillissement. Leur dernier ouvrage « Le couple et l’âge : clinique et prise en charge » Dunod sort début mars 2015.

Au programme :

19h30 : dédicace de l’ouvrage par les auteurs avec la librairie « L’attrape cœur »
20h30 à 22h30 : Débat animé par Olivier Drunat, Patrick Linx et José Polard. Organisé en partenariat avec le séminaire « Psychanalyse du sujet âgée d’ESPACE ANALYTIQUE, Association de Formation Psychanalytique et de Recherches Freudiennes et l’Hôpital Bretonneau
Lieu :
Hopital Bretonneau, salle de spectacle
23 rue Joseph-de-Maistre
75018 PARIS
Contact : 01 53 11 18 08

 

 

Cliquez pour voir l'image dans sa taille originale
Couverture 300 dpi >>

Actualités de la psychanalyse

Gisele CHABOUDEZ (ed) – Claire GILLIE (ed)

Co-Auteurs : Jean-claude AGUERRE – Irene AKOKA-FROIDEFOND – Claude ALLIONE – Jean ALLOUCH – Paul-laurent ASSOUN – Orsola BARBERIS – Fethi BENSLAMA – Eric BIDAUD – Michel BILLE – Joel BIRMAN – Daniele BRUN – Gorana BULAT-MANENTI – Dominique CAITUCOLI – Edith CAMPI – Pierre CHARAZAC – Arlette COSTECALDE –Laurence CROIX – Guy DANA – Marielle DAVID – Patrick DE NEUTER – Laurent DELHOMMEAU – Catherine DELMAS – Catherine DENIS TEYNIER – Helene GODEFROY –Catherine GRANGEARD – Olivier GRIGNON – Houchang GUILYARDI – Christian HOFFMANN – Max KOHN – Maria LANDAU – Patrick LANDMAN – Christopher LANE – Laurie LAUFER – Didier LAURU – Marie-christine LAZNIK – Guy LE GAUFEY – Jean-pierre LEBRUN – Claude LEGER – Patrick LINX – Silvia LIPPI – Jean-claude MALEVAL –Vannina MICHELI-RECHTMAN – Andre MICHELS – Catherine MILLOT – Jean-jacques MOSCOVITZ – Jean-paul MOURAS – Maria izabel OLIVEIRA SZPACENKOPF – Eliane PERASSO – Jose POLARD – Patrice POLLET – Gerard POMMIER – Erik PORGE – Luiz eduardo PRADO DE OLIVEIRA – Solal RABINOVITCH – Jean-jacques RASSIAL –Massimo RECALCATI – Elisabeth ROUDINESCO – Moustapha SAFOUAN – Catherine SALADIN – Guy SAPRIEL – Thierry SEBBAG – Jacques SEDAT – Martine SGAMBATO –Colette SOLER – Marie TERRAL-VIDAL – Bernard TOBOUL – Eric TOUBIANA – Dominique TOURRES – Alain VANIER – Nathan WROBEL – Markos ZAFIROPOULOS -©2014
Psychanalyse – hors collection -ISBN : 978-2-7492-4272-9
EAN : 978274924272942.00 €

 

Comment opère la psychanalyse dans le monde d’aujourd’hui ? Face aux formes contemporaines du symptôme, face à l’évolution des discours et des rapports sociaux, comment se réinvente-t-elle, n’ayant pas à juger cette évolution mais ayant à la lire ? En quoi les idées nouvelles du champ social, religieux, politique, scientifique impactent-elles ses conceptions et ses pratiques, et exigent-elles qu’elle y soit constamment attentive et y réponde, les prenne en compte et en tire les conséquences ?

A l’initiative d’Espace analytique, cet ouvrage fait le point sur l’état de la psychanalyse, sur ses avancées cliniques et théoriques, et sur sa place dans l’agencement des discours contemporains. Dans un moment de son histoire qui permet de relire les travaux de ceux qui au fil du temps l’ont réinventée, cette psychanalyse freudo-lacanienne intègre également les apports ferencziens, kleiniens, winnicottiens… Une diversité qui n’est pas dispersion mais tentative paradoxale de faire communauté, l’hétérogénéité des discours ouvrant des brèches nécessaires à l’inattendu.

 

 

 

Rencontre avec Michel Billé et José Polard

Retour au calendrier


LIEN CONJUGAL ET VIEILLISSEMENT
TRAVAIL EN RÉSEAU ET PRATIQUES D’ACCOMPAGNEMENT

Le jeudi 6 novembre 2014 à 19H30
à l’Amphithéâtre du lycée Saint-Jacques de Compostelle
2 avenue de la Révolution – 86000 Poitiers

Conférence animée notamment par
Michel BILLE, sociologue
et José POLARD, psychologue, psychanalyste

Table de presse : librairie La belle Aventure

ENTRÉE GRATUITE – RÉSERVATION OBLIGATOIRE

Pour une bonne organisation, nous vous remercions de bien vouloir confirmer votre participation par téléphone au 05 49 30 80 70 ou par mail : rgvhgp@esante-poitou-charentes.fr

 

Cliquez pour voir l'image dans sa taille originale

Couverture 300 dpi >>

Vieillir en huis clos
De la surprotection aux abus
Patrick LINX – Jose POLARD

©2014
Âge et la vie – prendre soin des personnes âgées et des autres -L’- –

ISBN : 978-2-7492-4248-4
EAN : 9782749242484

14.00 €

le 5/10/2014

En cours d’élaboration législative, la loi d’ « Adaptation de la société au vieillissement de la population » vise à mieux prendre en compte cette dimension du vivre ensemble et à tout âge. Ses axes : Anticiper la perte d’autonomie, Adapter notamment l’habitat, Accompagner les sujets âgés dépendants et leurs « aidants « .

Il est question partout de bien vieillir, une injonction sociétale supplémentaire. Pour notre part, nous préférons l’expression » vieillir suffisamment bien », elle permet d’y intégrer aussi les périodes de vie avec un corps  plus ou moins défaillant mais pour autant les humains en question se sentant réels et vivants estiment que leur vie vaut le coup d’être vécue. jpolard

 

Programmation annuelle île d’Oléron – 2014/2015

« À tout âge : créatif et citoyen »

 

Passerelle Bleue est une initiative impulsée par la Semaine Bleue pour créer des passerelles entre les acteurs locaux et favoriser l’accès à la vie sociale et aux relations intergénérationnelles des seniors toute l’année sur notre territoire.

Retrouvez le programme sur http://passerellebleueoleron.wordpress.com

 

Un temps fort autour de la Semaine nationale des retraités et personnes âgées

 

Semaine Bleue 13 au 19 octobre 2014

 

À tout âge : créatif et citoyen

Et si la vieillesse et l’avancée en âge au lieu d’être appréhendées comme un « déclin » se concevaient comme une opportunité et une chance pour mieux s’investir dans la vie sociale à partir d’une créativité retrouvée !

C’est le sens du message que la Semaine Bleue 2014 souhaite véhiculer au travers des manifestations qui se développeront tout au long de ce temps fort de sensibilisation sur les diverses facettes du vieillissement et des rapports entre les générations.

                                  Extrait site semaine bleue.org

 La Semaine Bleue en Charente Maritime

Colloque et Conférences en Charente Maritime à l’occasion de la Semaine Bleue

 

Vous habitez Oléron et vous êtes intéressées pour assister à ces RDV,

pensez au covoiturage local pour proposer des places dans votre véhicule ou en trouver une. Contactez le service mobilité d’Oléron au 07 81 14 34 06

 

Jeudi 16 oct  14h  Saintes  « Parcours de vie : du passage à la retraite au grand âge » 

Conférence/débat avec Jean-Jacques Amyot psychosociologue à l’Office Aquitain de Recherches, d’Etudes, d’Information et de Liaison (OAREIL) sur les problèmes des personnes âgées de Bordeaux.

Gratuit. Auditorium de l’Abbaye aux dames. Inscription CLIC Saintonge Romane CLIC 05 46 92 38 38

 

Jeudi 16 oct  19h30  Royan  «Vieillir bien,  qui veut gagner des années ?»

Projection du film « Le sens de l’âge » de Ludovic VIROT suivi d’une conférence-débat avec Michel BILLÉ,

Sociologue /José POLARD, Psychologue / Philippe ROUSSEAU, Chronobiologiste

Entrée gratuite.  Palais des Congrès. Inscription  obligatoire : 05 46 97 53 43

 

Vendredi 17 oct 2014  9h/17h  Colloque « A tout âge, vivre et habiter ensemble » 

Rés. Lafayette  Port Neuf  La Rochelle.  Comment les habitants partagent-ils les espaces publics et privés ? De quelle façon ? Où se construit le lien social aujourd’hui et quelle est la place pour l’intergénérationnel ?

Avec  Jean-Jacques Amyot, psychosociologue OAREIL Bordeaux / Laurent Courtois  IRTS  de Poitiers.

Gratuit et ouvert à tous. Inscription obligatoire auprès du CLIC La Rochelle 05 46 28 35 36

 

Pour connaître les actions SEMAINE BLEUE près de chez vous,  contactez   Sénior Infos Charente Maritime    09 70 82 12 13

 

 

—————

le 15/9/2014

L’actualité se focalise sur les conditions de fin de vie en France, nous interpellant sur les registres de coma, les différents niveaux de conscience et par conséquent interroge l’extrême complexité d’une subjectivité, parfois difficilement saisissable. ce qui nous situe d’emblée dans des questionnements éthiques.

Michèle Grosclaude en présentant ses travaux sur le coma en réanimation,  nous sensibilsera à cette vie psychique singulière, pas si pauvre qu’on ne pourrai l’imaginer( Ah. notre imaginaire!), et ses conséquences dans la vie qui suit, même sans séquelles organiques. Ne pas oublier qu’un séjour en Réanimation confronte le patient et ses proches, chacun, à des expériences très(trop?) intenses.

Question rarement traitée, elle intéressera les cliniciens des soins extrêmes, ceux dela fin de vie, de la vie végétative chronique, toutes situations, hélas,auxquelles certaines grandes vieillesses vulnérables conduisent. mais aussi, les psychanalystes et les cliniciens, qui dans leur cures, leur thérapies, peuvent rencontrer ces morceaux de réel, sans toujours y prêter attention.

José Polard

ESPACE ANALYTIQUE

Association de Formation Psychanalytique et de Recherches Freudiennes

 

 Psychanalyse du Sujet âgé et des questions de fin de vie

  

Propose une conférence 

 

Le 3 Octobre 2014, à 21 h, Au Centre Octave et Maud Mannoni,

12 rue de Bourgogne 75007 Paris

 

« REANIMATION ET COMA : SOINS PSYCHIQUES ET VECU DU PATIENT »

 

Il s’agira de décrire et comprendre une clinique du sujet en situations extrêmes et ses conséquences.

 

Avec Michèle Grosclaude, clinicienne et psychanalyste, enseignante-chercheur à Strasbourg.

Auteur de : « Réanimation et coma : soins psychiques et vécu du patient » Ed. Masson .

Animateurs et modérateurs : Patrick Linx et José Polard:   

Contact :

José Polard                                     Patrick Linx

06 12 18 82 09                                06 03 86 94 70

Jose.polard@gmail.com                   patrick.linx@free.fr