Quand l’ entreprise ferme les yeux ou encourage l’exclusion

L’installation d’un harcèlement au vu et au su de tous dans un silence plus ou moins complice ne peut perdurer que dans un contexte d’acceptation de l’abus et de l’arbitraire que favorise la trop grande neutralité de certaines instances dirigeantes d’une entreprise qui ne font plus respecter les règles élémentaires de vie collective. Sous prétexte de ne pas se mêler de la vie privée d’une personne, on la laisse aux prises  avec un manipulateur qui la maintiendra sous son emprise pour éventuellement tirer profit de la situation
Une entreprise complaisante avec des individus manipulateurs favorise la contagion des méthodes perverses et fermera d’autant plus les yeux sur la souffrance des victimes.
Plus grave encore les situations où c’est l’entreprise elle même qui devient le lieu organisateur des liens pervers allant jusqu’à détruire des individus pour parvenir à des fins inavouables.
Dans un contexte économique où domine l’idéologie de la compétition et de la performance beaucoup de dirigeants maintiennent l’existence de leur entreprise en ignorant les problèmes relationnels et les aspects humains. Le non dit, le mensonge par omission et l’emprise sur l’autre peuvent faire  partie intégrante des modes de pensée et s’organiser en systèmes de gestion. Le cas de cet homme rencontré dans une consultation psychiatrique d’un service extra hospitalier est révélateur de ce qui peut se passer dans les coulisses bien protégées d’une entreprise