Une inquiétante proximité

Les situations de huis clos fascinent par leur inquiétante proximité, à la fois proches de notre quotidien mais aussi invisibles, révélant des dimensions psychiques troublantes, dérangeantes. D’autant plus qu’y sont impliqués, plus ou moins activement ou passivement,  des voisins, de la famille, des collègues…

Les commentaires médiatiques après coup en renforcent parfois l’impression d’un rapprochement menaçant. Ces médias ne se privent pas d’alimenter les passions du « grand public ». On se sent  envahis par nos intuitions, on a peur de vérifier ce qu’on croit deviner ou percevoir. Que faire de ce morceau d’intimité, légitime ou pas d’ailleurs, qui surgit devant nous ?

Comment les protagonistes du huis clos en sont-ils arrivés là ? Telle est la question légitime que chacun d’entre nous se pose. En effet, cette situation se révèle comme ayant fait l’objet d’une  clôture, le processus qui y a conduit et qui a été organisé pour durer a déjà produit ses effets. Il nous interroge donc tous autant que nous sommes sur les motivations profondes à l’origine.

Lors des tentatives de décryptage des origines du drame,on fait appel aux experts notamment, pour essayer de comprendre, de déchiffrer des énigmes à partir d’éléments qui paraissent obscurs et irrationnels…Le mystère parfois se lève, et c’est comme un coup de projecteur sur les ténèbres. Les éléments d’un puzzle sont rassemblés et c’est tout un pan de vie cachée qui se révèle.

Les violences apparaissent également énigmatiques : les passages à l’acte, la passivité des témoins. Surgit parfois  l’incompréhensible logique de la conspiration du silence…

Extrait de « Vieillir en huis clos » José Polard et Patrick Linx, Erès

 

José Polard : Psychologue, psychothérapeute, psychanalyste

Jouars Pontchartrain, Villiers Saint Frédéric, Neauphle