Une logique radicale

Dès lors qu’il est en place, quelques soient les personnalités qui le composent, ou les circonstances qui l’ont motivé, un fonctionnement en huis clos présente des invariants qui traduisent une logique de fonctionnement psychique individuelle et collective établie à partir d’une clôture et d’un rejet du Dehors avec des relations, le plus souvent implacables.
On retrouve toujours à l’origine, un évènement…( dans son statut de surprise, de rupture) et le huis clos vise à contrer, refuser , dénier cet évènement et ce qu’il implique, un impact psychique sur le cours de vie.
Cet évènement est synonyme de menace( immédiate ou latente/ réelle ou imaginaire) et de scénarii angoissants. C’est la perception réelle ou imaginaire d’une menace qui sera le ressort du huis clos. Par exemple , crainte d’un effondrement, d’une révélation, du chaos, de la loi, etc.
Des mécanismes psychiques défensifs et d’attaque, clivage, projections diverses, déni, identification projectives, etc contribuent à une relation d’ emprise construisant ainsi pierre par pierre, le huis clos, avec pour conséquences:
Un double verrouillage, le dedans et le dehors sont contrôlés et inaccessibles.
Un périmètre délimité. 
Un temps comme suspendu.

 

 Extrait de « vieillir en huis clos », José Polard, Patrick Linx, Erès
 

José Polard : Psychologue, psychothérapeute, psychanalyste

Jouars Pontchartrain, Villiers Saint Frédéric, Neauphle