La maladie grave- les soins palliatifs

   Le diagnostic et l’annonce d’une maladie grave constituent un coup d’arrêt dans le cours d’une existence. L’incertitude, l’insécurité gagnent le patient mais aussi son entourage. Les enfants, les fratries dites silencieuses sont souvent négligées, faute de temps.

  • Cancer, diabète, sclérose en plaque, hypertension, problèmes cardiaques etc., à chaque fois, il s’agit de faire face à un péril menaçant, sans parler des effets douloureux, inquiétants des thérapeutiques. Le diagnostic, des traitements aux effets secondaires, la rémission, autant de temps difficiles qui nécessitent un intense travail psychique, avec parfois un besoin d’aide psychique.
  • Un grand nombre de ces maladies deviennent chroniques. Il faudra composer avec. Pour reprendre, ou relancer le cours de son existence.
  • « Les mercredis d’Hélium : un dispositif créé par le Pallium  comme une réponse à l’impact de la maladie chronique d’un enfant hospitalisé sur les liens intra-familiaux (parents et fratrie). Cf Expérience d’une collaboration entre un hôpital pédiatrique Soins de suite et de réadaptation (SSR) et un réseau de santé et de proximité dans les Yvelines. http://www.fondationmustela.com/fr/s-investir-sur-le-terrain/prix-pediatrie-sociale/laureat-2010/lien-parent-enfant.html

 

 Qu’appelle-t-on soins palliatifs?  http://www.sfap.org/rubrique/les-soins-palliatifs

  • Depuis 1997, je me suis engagé en tant que membre du CA dans l’association Le Pallium, association de soins palliatifs à domicile, née du souci de libéraux et de certains hospitaliers de mieux prendre en compte la douleur en fin de vie ainsi qu’un accompagnement humanisé et proche.
  • Consultations au domicile en fin de vie, suivi post deuil.
  • Ensuite participation à la création du Réseau de soins palliatifs puis d’un GCS.
  • Notamment en animant le Séminaire éthique clinique et développant les prises en charges groupales: psychothérapiques, relaxation et art thérapie[ projet Helium].
  • Depuis animation de groupe de paroles en USP.

 

  • Pour rappel, ci après quelques éditos de la lettre du Pallium pour rappeler l’atmosphère « pionner » et humaniste de l’époque:
  1. Un à un, ensemble,
    Comment accompagner un être humain dans ses derniers moments, « aux bords du monde »?…

Un à un, ensemble

  1. «Vouloir qu’il n’y ait que de la vie, c’est faire qu’il n’y ait que de la mort « .
    G. Bataille
    La rencontre d’un être humain dans les dernières semaines de sa vie, à son
    domicile est une confrontation profonde à cet évènement vital qu’est la mort..

« Vouloir qu’il n’y ait que de la vie, c’est faire qu’il n’y ait que de la mort ».

Les enjeux d’un anniversaire

  1. Mesurant le chemin parcouru, il nous vient que pour les patients accompagnés l’idée même de fêter un anniversaire, le leur ou celui des autres, prend une dimension poignante…

Les enjeux d’un anniversaire

José Polard, psychologue, psychothérapeute, psychanalyste