Le séminaire éthique et clinique du Pallium

[1]Un séminaire éthique et clinique : qu’est ce que c’est ?
 
1/c’est une méthodologie. A partir de situations cliniques complexes et ardues, il s’agit de créer les conditions d’un débat, d’échanges dans une perspective éthique. C’est-à-dire interrogeant ce qu’il y a de profondément humain en chacun , ses richesses autant que le tragique.
2/c’est un dispositif qui vise à créer un espace d’échanges pour les institutions, les professionnels, les associations, etc. espace qui correspond à un espace géographique déterminé, celui qui correspond au GCS le Palllium, la ½ sud des Yvelines ;
3/l’objet principal de ce séminaire est le parcours d’un patient à l’intérieur du réseau. Comment s’articule les logiques des institutions, des professionnels et celle du patient ?
4/une caractéristique majeure de toutes ces situations abordées est la vulnérabilité, la fragilité. Appelez cela comme vous voulez, nous retrouverons ce trait majeur chez les malades endoloris, ou en fin de vie ou bien au cours d’une maladie grave, chez un patient handicapé ou encore chez les grands vieillards avec dépendance.
L’ensemble de ces catégories regroupe les patients dont nous avons à nous occuper
5/ A noter que cette vulnérabilité du patient nous confronte fréquemment à de sentiments de toute puissance ou bien d’impuissance, accompagnés de culpabilité. C’est cette dimension qui peut nous rendre vulnérable et moins fiable.
 Cette dimension fantasmatique est systématiquement présente dans toutes les situations limites vécues au quotidien, quand des choix cornéliens semblent s’imposer.
Ici une démarche éthique ambitionne aussi de permettre le pas de côté, de permettre la juste distanciation qui assainissement l’envahissement imaginaire.
6/ Autre dimension de l’éthique en réseau : la pluridisciplinarité ce que je pourrait dire avec un autre vocabulaire : une sorte de fraternité de soins. C’est un autre objectif de cette rencontre.
 7/ Concrètement, nous comptons sur la dynamique groupale dans les ateliers et en grand groupe pour que se produise ce que j’appelle une intelligence collective.

 

[1] José Polard pour le Séminaire éthique clinique du Pallium, 15 décembre 2009